«

»

juil
06
2004

Actes du 13è colloque de CREIS/Terminal – Société de l’information, Société du contrôle ?

Société de l’information, Société du contrôle ? Evolutions de la critique de l’informatisation

Thèmes et objectifs du colloque
COMITE DE PROGRAMME
COMITE D’ORGANISATION
COMITE DE SOUTIEN
Introduction
Conférence introductive
Plénière 1 : Société de l’information?
Plénière 2 : Société du contrôle ?
Atelier 1 : Travail : nouvelles règles et nouveaux usages
Atelier 2 : La biométrie, contrôle social sécuritaire
Atelier 3 : Problématiques managériales et enjeux des acteurs sociaux
Atelier 4 : La biométrie, contrôle social non sécuritaire
Atelier 5 : Politiques publiques
Atelier 6 : Relations Nord-Sud
Atelier 7 : Evolution du service public
Atelier 8 : Tics, éducation, citoyenneté
Table ronde conclusive : Société de l’information, Société de Contrôle ; Perspectives
Photos de l’anniversaire des 20 ans du CREIS et des 25 ans de Terminal

Thèmes et objectifs du colloque

La revue Terminal et le CREIS prennent part depuis plus de vingt-cinq ans aux questionnements sur les enjeux sociaux de l’informatisation. En effet d’informatique et société à société de l’information, ce dernier quart de siècle est marqué par une diffusion généralisée et accélérée des différentes informatiques et de leurs interconnexions. Ces questionnements nécessitent d’être prolongés et, pour une part, renouvelés. La représentation sociale de l’informatique a changé: elle n’apparaît plus autant séparée du corps social; elle cesse d’être cet instrument d’oppression orwellien, fort critiqué dans les années 80. L’impérialisme d’IBM est oublié, celui de Microsoft effraie peu, et les fichiers intrusifs font partie du quotidien tant gestionnaires et commerciaux ont su jouer de leur talent marketing. L’informatique s’est “domestiquée” nous dit-on: les interfaces multimédias des micro-ordinateurs ont perdu l’âpreté des terminaux d’antan, et surfer sur Internet est un vrai jeu d’enfant… alors que, simultanément, des matériels et des logiciels imposent toujours de nouvelles normes organisationnelles aux salariés comme aux citoyens. Ainsi, à l’heure du commerce électronique et de la carte santé Vitale, le consentement à livrer ici et là de sa personne en échange d’un service se généraliserait. Depuis le 11 septembre, les questions de sécurité publique légitimeraient des actions de fichage de plus en plus coercitives et manifestement liberticides, mais jugées socialement salutaires. Par ailleurs, comme ce fut le cas dans l’histoire des différentes technologies de réseaux (train, électricité, eau, téléphone…), les TIC sont convoquées au secours d’une société où progrès social et progrès technique n’ont jamais autant marqué leur décalage. Avec la diffusion depuis 1993 de l’Internet grand public, le mythe égalitaire nous est aujourd’hui resservi. Ainsi, remédier à une “fracture numérique” qui menace ensemble le tiers et le quart-monde, conduirait à régler les problèmes de la société, soit entre autres: les inégalités sociales, les formes de travail aliénant, l’accès discriminant à la culture et les écarts de richesse, les déséquilibres Nord-Sud ou encore les défauts de la démocratie… Au delà des discours, toutefois, on assiste à de nouvelles formes de contestation sociale d’envergure internationale qui ont su tirer au mieux parti des réseaux communicationnels, notamment le mouvement altermondialiste ou encore celui plus spécifique du logiciel libre. Aussi est-il nécessaire à tous ceux qui veillent au respect des libertés publiques et privées, de même qu’à ceux qui analysent plus largement le processus d’insertion sociale des TIC, de confronter leurs questionnements aux modalités de production, de diffusion, et d’appropriation de l’informatique. C’est l’objectif du 13eme colloque du CREIS, en partenariat avec la revue Terminal: examiner en quoi les problématiques critiques vis à vis de l’informatisation de la société de ces vingt-cinq dernières années se sont transformées … ou ont à le faire. Quand, comment sommes-nous passés d’informatique et société à société de l’information, que signifie du point de vue politique, économique ou social, ce glissement et pourquoi parle-t-on autant du G8 au journal télévisé de société de l’information? Les analyses ancrées dans l’histoire récente nous semblent susceptibles d’éclairer les différents domaines concernés. Les contributions attendues aborderont à travers la question de l’informatisation:

- les nouvelles dimensions du travail (flexibilité, contrôle);
- l’internationalisation et la financiarisation de l’économie;
- l’évolution du service public (éducation, santé, culture, …);
- les libertés publiques et privées et le contrôle social;
- les nouvelles formes d’exercice citoyen de la démocratie;
- les politiques publiques de diffusion de la société de l’information;
- les relations Nord-Sud.

COMITE DE PROGRAMME

Pierre Berger, ASTI, France
Jacques Berleur, FUNDP, Namur, Belgique
Mariella Berra, CREIS, Università di Torino, Italie
Dominique Desbois, TERMINAL, Paris, France
Michèle Descolonges, Sociologue, France
Eric George, CREIS, Université d’Ottawa, Canada
Thomas Lamarche, TERMINAL, Université Lille 3, France
Meryem Marzouki, Lip6/PolyTIC-CNRS, IRIS, Paris, France
Armin Murmann, CREIS, Institut d’études sociales, Genève, Suisse
Daniel Naulleau, CREIS, Université P&M Curie, Paris, France
Robert Panico, CREIS, IUT de Valence, France
Chantal Richard, CREIS, Université Paris 13, France
Jacques Vétois, TERMINAL, France

COMITE D’ORGANISATION

Maurice Liscouet, CREIS, IUT de Nantes
Daniel Naulleau, CREIS, Université P&M Curie, Paris
Robert Panico, CREIS, IUT de Valence,
Chantal Richard, CREIS, Université Paris 13
Jacques Vétois, TERMINAL
Geneviève Vidal, CREIS, Université Paris 13

COMITE DE SOUTIEN

Philippe Breton, CNRS, Strasbourg
Louise Cadoux, ancienne vice-présidente de la CNIL
Jean Pierre Durand, Université d’Evry
Jacques Perriault, CRIS/SERIES, Université Paris 10 Nanterre
Bernard Saincy, président de l’ASTS, Association Science, Technologie, Société, Paris
André Vitalis, Centre d’études des médias, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3

Introduction

Chantal Richard, Université Paris 13, présidente du CREIS
Colette Hoffsaes, membre fondatrice du CREIS
Thomas Lamarche,Université de Lille 3, Terminal

Conférence introductive :

Dominique Carré, Université Paris 13, CREIS
Des dégâts du progrès… au marketing de l’usage : revirement de perspectives en matière de critique sociale dans le champ Informatique et Société

Plénière 1 : Société de l’information?

Wesley Metham, University of Sydney, Australia
ICTs, Seduction, Division
Guy Lacroix, Université d’Evry
L’informatique n’est pas une technologie comme les autres

Plénière 2 : Société du contrôle ?

Danièle Linhart, CNRS, Travail et Mobilités, Paris 10 Nanterre
Contrôle social et auto-rationalisation
Stefano Rodotà, Presidente Ufficio del Garante per la protezione dei dati personali, Roma Italia

Atelier 1 : Travail : nouvelles règles et nouveaux usages

Fanny Carmagnat, France Télécom
Syndicats et nouvelles technologies L’usage d’Internet et des Intranets d’entreprises par les organisations syndicales
Annie Blandin, ENST Bretagne
L’ordinateur, le salarié et ses données : quelle qualification juridique pour l’ordinateur?

Atelier 2 : La biométrie, contrôle social sécuritaire

Philippe Ricaud, Université de Bourgogne
Le contrôle de la population carcérale : Vers une articulation entre informatique et biométrique

Atelier 3 : Problématiques managériales et enjeux des acteurs sociaux

Emmanuel Kessous, France Telecom
La trace des écrits dans les métiers de la vente : Justice et contrôle dans les dispositifs de CRM
Thomas Heller, Université Lille 1
PerformanSe : les enjeux d’une « confession » informatisée

Atelier 4 : La biométrie, contrôle social non sécuritaire

Xavier Guchet, CETCOPRA (centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques), Paris 1
Un usage non sécuritaire de la biométrie : l’implémentation d’un dispositif biométrique d’accès…
Ali Ergur, Deniz Ozturhan, Université de Galatasaray, Turquie
L’atomisation de la surveillance et la flexibilité éthique dans l’expérience virtuelle – Une analyse sur les sites d’aveux et de lexiques ironiques en Turquie
Christophe Bareille, Université Paris 13
Les outils techniques au service des libertés privées ?le sujet homosexuel révélateur de l’articulation entre contrôle social et émancipation individuelle.

Atelier 5 : Politiques publiques

Pascal Robert, Université d’Aix-Marseille II
Entre critique et modélisation, pour une « nouvelle posture critique  » face à l’informatisation
Michel Sénécal, Télé-université, Université du Québec, Canada
Plaidoyer pour un droit de cité médiatique
Michel Arnaud, Université Paris X
Logiciels libres et normes ouvertes pour l’apprentissage en ligne : conditions de mise en œuvre

Atelier 6 : Relations Nord-Sud

Thomas Guignard, Université de Lille 3
Internet et le Sénégal : entre extraversion et identité
Claire Scopsi, Université Paris 10 Nanterre
Sortir du modèle de la fracture numérique : l’apport de la diaspora

Atelier 7 : Evolution du service public

Luc Bonneville, Université de Montréal, Québec, Canada
Analyse des conceptions de la productivité qui président à la transformation des services publics de soins dans le cadre de la mise en place du virage ambulatoire informatisé au Québec
Giusto Barisi, ISERES/CGT
La société de l’information entre mutations économiques et démocratie sociale : les enjeux de l’administration électronique
Françoise Moreau, INED
L’administration électronique : mise en place et contrôle

Atelier 8 : Tics, éducation, citoyenneté

Daniel Thierry, Université de Rennes 1
Cybercommunes : une mutation des citoyennetés rurales ?
Fabien Labarthe, Université d’Avignon
Les usages du « chat » chez les jeunes des classes populaires : de la prise en main à la mise à l’épreuve : les étapes d’une pratique transitoire
David Pucheu, Université de Bordeaux 3
Les NTICs et les élections présidentielles américaines de 2004 ?
Nathalie Boucher-Petrovic, Université Paris 13
L’éducation populaire aux prises avec la société de l’information : potentialités, risques et particularités

Table ronde conclusive : Société de l’information, Société de Contrôle ; Perspectives

Animatrice Michèle Descolonges, Paris 10 Nanterre, Avec :
Eric George, CREIS et GRICIS, Université d’Ottawa, Canada
Meryem Marzouki, Lip6/PolyTIC-CNRS
Jacques Perriault, CRIS/SERIES, Université Paris 10 Nanterre, président de la commission AFNOR CN36
André Vitalis, membre fondateur du CREIS, Centre d’études des médias, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3

Quelques photos des anniversaires du CREIS et de Terminal au Bateau Phare

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.