«

»

mar
28
2001

ACTES du 12ème Colloque européen en I & S – Paris, 28-30 mars 2001

ACTES du 12ème Colloque Européen en Informatique et Société

Téléservices publics Usages et citoyenneté Public / Téléservices Uses and citizenship

Paris, 28-30 mars 2001

Organisé par le CREIS  : Centre de coordination pour la Recherche et l’Enseignement en Informatique et Société, en association avec :

IRIS (Imaginons un réseau solidaire)
VECAM (Veille européenne et citoyenne sur les autoroutes de l’information)
La Revue Terminal

COMITE DE PROGRAMME
Thèmes et objectifs du colloque
Plénière 1 : Services publics en ligne
Plénière 2 : Régulation, communication et démocratie
Plénière 3 : Management, organisation et formation
Atelier 1 : Droits, réseaux et cyberjustice
Atelier 2 : L’appropriation par les acteurs
Atelier 3 : Ville et citoyenneté
Atelier 4 : Savoirs et construction des pratiques

COMITE DE PROGRAMME (Program Committee)

  • Danièle Bourcier Creis, CNRS, Paris
  • Louise Cadoux, AILF, France
  • Dominique Carré, CREIS, Université Paris-Nord, France
  • Wim Van de Donk, Université de Tilburg, Pays-Bas
  • Eric Geneau, Maire-adjoint , Municipalité de Marly-le-Roi
  • Jean-Guy Lacroix, Université du Québec à Montréal, Canada
  • Maurice Liscouët, CREIS, IUT de Nantes, France
  • Daniel Naulleau, CREIS, Université Pierre et Marie Curie, Paris, France
  • Francis Pavé, CSO-CNRS, France
  • Chantal Richard, CREIS, Université Paris-Nord, France
  • Alain Thyreau de Ministère de l’Education nationale, France
  • Patricia Vendramin, FTU, Namur, BelgiqueCOMITE D’ORGANISATION (Steering Committee)
  • Dominique Carré, CREIS, Université Paris-Nord, France
  • Daniel Naulleau, CREIS, Université Pierre et Marie Curie, Paris, France
  • Robert Panico, CREIS, IUT de Valence, France
  • Chantal Richard, CREIS, Université Paris-Nord, France
  • Geneviève Vidal, CREIS, Université Paris-Nord, France

Thèmes et objectifs du colloque

Un peu partout en Europe, la fin des années 90 aura été marquée par le déploiement rapide des Autoroutes de l’Information (AI) et le développement de téléservices dans les secteurs marchand et non-marchand. On retiendra plus particulièrement ici la volonté affichée des Etats d’utiliser cette opportunité technologique pour moderniser leur fonc-tionnement à travers d’une part la mise en réseau de leurs administrations et services publics, et d’autre part la mise à disposition d’une gamme étendue de téléservices à desti-nation des citoyens/administrés. En Grande-Bretagne, par exemple, le gouvernement a lancé dès 1996 des projets pilo-tes pour améliorer, via les technologies de communication, les services aux citoyens et aux entreprises. En janvier 1998, la France quant à elle s’est dotée d’un programme d’action gouvernemental qui signe son entrée dans la société de l’information ; parallèlement, on débat au Parlement de la question des droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations.

Pour autant, si la «  mise en réseau de l’Etat  » prédispose à un mode de gouvernement et d’administration des individus plus interactif, dans des domaines tels que les collectivités territoriales, la santé, l’éducation, la sécurité ou encore la justice, elle impose aussi un certain nombre de nouvelles contraintes dont les effets peuvent rapidement s’avérer pervers : exclusion de fait des hors réseaux, accroissement des inégalités d’accès à la connaissance, nouvelles formes de contrôle social, notamment dans la gestion intégrée de la santé.

On doit s’interroger aussi sur la nature des moyens aux-quels l’Etat a recours pour mettre en œuvre les téléservices : nouvelles formes de partenariat/délégation entre secteur public et privé, interconnexion de fichiers de personnes (NIR, STIC…), autant d’évolutions en apparence techniques qui induisent sous couvert d’efficacité sociale une marchandisa-tion croissante des rapports, exposent les individus et leurs li-bertés privées à de nouveaux acteurs marchands, et marginalisent in fine ce qui relèverait de la décision politique et du débat public.

Au-delà des nombreux discours prospectifs qui accompa-gnent le lancement des AI, de quels outils d’évaluation dispose-t-on ? Comment entend-on prendre en compte les résistances et revendications des usagers ? Dans le but d’engager un débat contradictoire sur l’entrée des Etats dans la société de l’information, le CREIS vous propose de confronter projets, expérimentations, réalisations, programmes politiques, analyses… afin de faire un premier bilan de la mise en réseau des administrations et services publics dans les champs suivant :

  • politique et citoyenneté ;
  • organisation et accès au travail ;
  • gestion des administrés, interconnexion des fichiers ;
  • production et reproduction des savoirs ;
  • pratiques de soins ;
  • équilibre des pouvoirs (local, national, international).

Cette rencontre vise à donner la parole à quatre types de publics engagés à différents niveaux dans la production, la diffusion, l’utilisation, l’évaluation, l’étude de l’informatisa-tion et la mise en réseau de l’Etat et des services publics, tant en France qu’en Europe, afin de confronter leurs points de vue :

  • décideurs et responsables de projets (élus politiques, ad-ministratifs, gestionnaires),
  • techniciens de l’informatique et de l’organisation (chefs de projet, gestionnaires d’applications, informaticiens…),
  • analystes (sociologues, économistes, juristes…),
  • usagers et leurs représentants (salariés et agents de l’administration et des services publics, syndicats, administrés, citoyens et leurs associations représentatives).

Plénière N°1 : Services publics en ligne

Conférence introductive :
Démocratie électronique pour la participation aux processus décisionnels : comment créer une communauté citoyenne en ligne.
Léda GUIDI, Responsable réseau Hyperbole, Municipalité de Bologna, ItalieDépartement pour l’ Information et la Communication

L’Etat en réseaux : quelles ambitions ? quels obstacles ? quels bénéficiaires ?
Françoise MASSIT-FOLLEA, ENS Lettres et Sciences Humaines

Pour un Internet citoyen : les réseaux électroniques au service de la citoyenneté et de la démocratie participative
Florence DURAND-TORNARE, Déléguée Vecam Villes Internet

La télémédecine : point de rencontre du mouvement technologique et des aspirations sociologiques
Louis LARENG Directeur de l’Institut Européen de TélémédecinePrésident du GCSRTR

Plénière N°2 Régulation, communication et démocratie

Gouvernance de l’Internet : réglementation, autorégulation, corégulation ?
Jacques BERLEUR, Tanguy EWBANK DE WESPIN, CITA, FUNDP, Namur, Belgique

Les téléservices publics : un impensé de l’action publique
Philippe BOUQUILLON, GRESEC, Université Lyon 2

Allons-nous devenir des citoyens électroniques ? réflexions sur la citoyenneté dans une société de l’information
Thierry VEDEL, CEVIPOF

Plénière N°3 Management, organisation et formation

Les cadres et les activités nomades : mesure de la charge de travail et de l’ergostressie dans la société de l’information et la net-économie
Yves LASFARGUE Directeur d’OBERGO (OBservatoire des conditions de travail et de l’ERGOstressie)

La « télé-médiation » dans les services publics : changements dans le travail et dans les usages
Gérard VALENDUC FTU, Namur, Belgique

Guichet unique, réalité plurielle. Résultats d’une enquête européenne
Claire LOBET-MARIS, Béatrice VAN BASTELAER, Sylvie NIGOT CITA, FUNDP, Namur, Belgique

Où va l’informatisation de l’éducation : de l’anticipation des usages aux questions industrielles
Yolande COMBES LabSIC, Université Paris Nord

Atelier 1 Droits, réseaux et cyberjustice

Le magistrat et l’aide à la décision : une meilleure justice ?
Filippe BORGES Doctorant, Centre théorie du droit, IDL, Université Paris 10 Nanterre

Complexité versus intelligibilité : pour de nouvelles formes de communication du droit
Danièle BOURCIER CNRS, Université Paris 10 Nanterre
Elisabeth CATTA Mission codification, Ministère de l’Intérieur

Vers un système judiciaire mieux adapté à la cybercriminalité
Carole MEIER Doctorante en droit, Université Paris10 Nanterre

Internet et l’accès au droit
Meryem MARZOUKI IRIS (Imaginons un Réseau Internet Solidaire)

Atelier 2 L’appropriation par les acteurs

Réflexion sur la nécessaire réorganisation de l’administration pour la mise en place de téléservices
Anne DE VOS, Claire LOBET-MARIS CITA, FUNDP, Namur, Belgique

Internet et production juridique : le rôle des consultations publiques
Karine GILBERG Doctorante CERSA, Université Paris 2

Le processus d’appropriation sociale de l’Internet en formation : le cas d’ATTAC
Éric GEORGE , École Normale Supérieure de Lyon et Université du Québec à Montréal

L’accès aux services publics et garantie des libertés, enjeux juridiques
Fabrice MOLLO Doctorant, CECOJI, CNRS

Atelier 3 Ville et citoyenneté

La ville et l’Internet créatif, coopératif et citoyen
Michel BRIAND Adjoint au maire, Brest, Président groupe Multimédia/Vie dansla cité, OTV

L’amélioration de la relation entre l’administration et les citoyens au niveau local : le cas des villes virtuelles
Béatrice VAN BASTELAER CITA, FUNDP, Namur, Belgique

L’appropriation des nouvelles technologies au sein d’une collectivité territoriale
Thierry LAGARON Secrétaire général, Mairie du Pecq

Atelier 4 Savoirs et construction des pratiques

Les enseignants du premier degré et les objets de savoir
Jean-Luc RINAUDO Centre Recherche Education Formation (CREF), Univ. Paris 10 Nanterre

Cyberposte : un service public d’accès à Internet ? Création, intégration et usages de nouveaux services
Patrice DE LA BROISE, Thomas LAMARCHE Université Charles de Gaulle, Lille 3

Des discours d’accompagnement aux usages des technologies culturelles
Hélène BOURDELOIE ENS, Lyon

L’Hypertexte pour rassembler ou pour disjoindre
Roger BAUTIER LabSIC, Univeresité Paris-Nord

Conférence de conclusion et synthèse du colloque
Patricia VENDRAMIN FTU, Namur, Belgique

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.